S'informer pour mieux gérer son patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Finance

Ne pas vendre trop vite ses actions


Lorsqu’on a gagne, par exemple 20 % sur une valeur, c’est-à-dire que son cours a progressé de ce pourcentage, par rapport à son prix d’achat, il ne faut sans doute pas la vendre dès ce moment-là.

Une tendance fréquente de l’investisseur débutant est de réaliser très vite un petit bénéfice sur ses premiers achats, de renouveler l’opération sur les titres rachetés ensuite, jusqu’à ce qu’il soit placé sur des valeurs en baisse, qu’il conserve alors indéfiniment.

Avec un pareil système, au bout de peu de temps, l’investisseur en question se retrouve avec un portefeuille médiocre et complètement immobile.

Il ne faut pas oublier que des variations de grande ampleur sont nécessaires pour modifier de façon incitative les grands paramètres d’évaluation boursière : P.E.R. et rendement.

Soit une valeur avec un bénéfice par action de 100€ et un dividende de 60€. Si le cours de cette valeur est de 600€, son P.E.R. est de 6 (600/ 100) et son rendement est de 10 % (60/600). A ce niveau et selon les critères en vigueur à certaines époques, elle peut être considérée comme bon marche.

Si son cours s’élève de 30%, sera-t-elle pour autant devenue chère? Une telle hausse donne un nouveau cours de 780€ (600 x 1,3).
A 780€, le P.E.R. ne sera encore que de 7,8 (780/100) et son rendement de 7,7 %, ce qui reste important. Malgré donc une hausse très substantielle, la valeur pourra toujours être conseillée à l’achat et il semble très prématuré de la vendre.

A l’ inverse, si le cours de l’action atteint 2 500€, son P.E.R. représente un montant de 25 (2 500/ 100) et son rendement est égal à 2,4 % (60/2 500). La valeur est donc chère, tout au moins selon les critères du marché de Paris durant les années 1980-85.

Si l’action revient de 2 500€ à 2 000, soit une baisse de 20 %, le P.E.R. s’établit encore à 20 (2 000/100) et le rendement n’est que de 3 % (60/2 000). Malgré le recul important enregistré sur le cours, l’action reste à un prix élevé et les nouveaux ratios ne constituent en aucune manière des freins d’une nouvelle chute des cours.

Dans les deux cas étudiés ci-dessus, il faut pratiquement une variation du prix du titre représentant respectivement un doublement ou une division par deux, pour que les titres considérés soient caractérisés par des ratios véritablement différents de ceux de la situation initiale.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 5.0/5 (1 vote)
Ne pas vendre trop vite ses actions, 5.0/5 sur un total de 1 vote(s)

Articles complémentaires :

Mots clés : , ,



Ajouter un commentaire


Copyright © 2012 Patrimoine Gestion. Tous droits réservés.
Propulsé par WordPress.