S'informer pour mieux gérer son patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Gestion de patrimoine

Les actions ont-elles encore une marge de progression ?


marchésDans l’histoire des marchés haussiers et baissiers, les investisseurs amateurs ont tendance à se positionner au mauvais moment, et à se faire rincer au profit des professionnels. Dernièrement, avec la baisse que nous avons vécue, cela signifie-t-il que les marchés ont entamé un mouvement plus large de correction, ou qu’il s’agit d’un nouveau point d’entrée intéressant pour surfer sur la vague haussière générée par les banques centrales ?

Selon la théorie de l’efficience des marchés, ceux-ci sont toujours valorisés de façon parfaite grâce à l’intégration en temps réel de toutes les informations financières disponibles. Il s’agit d’une bien belle théorie, mais les faits ont montré qu’elle est totalement erronée, 2 exemples récents étant la bulle Internet de 2000 et la crise de 2008.

Aujourd’hui, cette théorie est d’autant plus fallacieuse que la valeur des actifs est totalement faussée par les politiques vigoureuses, et c’est un euphémisme, des banques centrales. Avec des ratios P/E au plus haut, des campagnes de rachats d’actions qui ont rarement été aussi nombreuses et l’abondance de liquidités bon marché qui ont encouragé la spéculation et le leverage, tout le monde sait que les marchés actions sont surévalués. Le tout est de pouvoir identifier le moment où les banques centrales ne seront plus en mesure de contenir les marchés, soit quand il faudra sortir et prendre ses profits.

Acheter des actions aujourd’hui ?

Acheter des actions aujourd’hui, c’est donc prendre le pari que la Fed, la BCE et compagnie ont encore les cartouches nécessaires pour piloter la hausse des bourses mondiales. Sans affirmer de façon péremptoire que cette capacité n’existe pas, le bull market actuel est tout de même anormalement long, ce qui signifie que plus le temps passe, plus vous risquez d’être confronté à une grosse correction rapidement, et donc de perdre votre chemise.

Cependant, si vous anticipez une baisse des marchés, il y a tout de même des titres qui permettent de se positionner en bourse tout en bénéficiant d’une hausse. C’est notamment le cas en se tournant vers les titres de sociétés minières spécialisées dans les métaux précieux. Pour mitiger les risques, vous pouvez également vous tourner vers des fonds qui sont spécialisés dans les titres peu volatils.

Mes actions d’hier ne rapportent pas

Malgré la hausse généralisée des bourses du monde entier depuis ces 3 dernières années, il se peut que votre portefeuille stagne si celui-ci n’est pas assez diversifié, par exemple si vous avez trop misé sur l’énergie ou les biotechnologiques. Comme le dit le bon vieux dicton « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier », la diversification est le premier réflexe à acquérir lorsqu’on investit. Le plus simple, lorsqu’on ne suit pas de très près la finance (ou même si on le fait…) consiste à investir dans des fonds. Il n’y a pas à rougir d’une telle stratégie : la plupart des gestionnaires de hedge funds sont incapables de faire mieux que le rendement composite de toutes les valeurs du S&P 500. Investir sur les fonds vous permet donc de faire d’une pierre 2 coups : vous diversifier et gagner du temps pour un rendement plus sûr.

Dans la presse financière mainstream, on nous parle sans cesse d’optimisme, mais cette approche positive occulte le fait que malgré de nombreux assouplissements quantitatifs de la Fed, de la banque du Japon et de la BCE, malgré une période prolongée de taux plancher aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, la croissance est toujours anémique alors que 6 ans se sont déjà écoulés depuis la crise de 2008 et 2009.  Alors, faut-il investir maintenant en Bourse ? Peut-être pour quelques mois, mais vu les perspectives risques/profits potentiels, le jeu semble ne pas en valoir la chandelle.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)

Mots clés : ,



Ajouter un commentaire


Copyright © 2012 Patrimoine Gestion. Tous droits réservés.
Propulsé par WordPress.