S'informer pour mieux gérer son patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Immobilier

Baisse des charges de copropriété à Paris en 2014 ?


D’après la Fnaim, les charges de copropriété auraient diminué durant le premier semestre de l’année dernière. Ce sont les conclusions des chiffres collectés par son Observatoire des charges de copropriété du Grand Paris. Cette étude a constaté une baisse des charges de copropriété à Paris de 6,7 % durant cette période.

charges-copropriete-paris-2014Chaque année, la Fédération nationale de l’immobilier du Grand Paris publie à 2 reprises son Observatoire des charges de copropriété, qui permet aux habitants de la capitale de se situer par rapport à la moyenne. Cette base de données rassemble plus de 9.000 immeubles représentant un peu moins de 300.000 logements et commerces, aussi bien à Paris que dans la petite et la grande couronne. Concernant le centre de la capitale, l’Observatoire suit un petit 6e de l’ensemble du parc. La base est alimentée par les comptes officiels déclarés au fisc : sa fiabilité est donc maximale.

D’après la Fnaim, le montant des charges aurait baissé de 6,7 % durant le premier semestre 2014 par rapport à la même période de l’année précédente. L’organisme précise cependant que ce chiffre n’est pas d’une exactitude totale vu que pour 2013, seuls des chiffres annuels ont été calculés.

Durant le premier semestre de l’année dernière, les charges de copropriété à Paris furent en moyenne de 34,06 € par m2, un montant qui ne prend pas en compte les dépenses et charges exceptionnelles. C’est notamment grâce à la diminution de la note de chauffage, qui englobe 3/4 des charges que cette baisse a pu être enregistrée : elles ont baissé de 15 %. On peut donc dire merci à la météo clémente de 2014, qui fut l’une des plus chaudes des 100 dernières années. La stabilité des prix de l’énergie a également contribué à cette baisse des charges.

L’Observatoire estime également que les efforts entrepris par les copropriétés parisiennes pour améliorer la performance énergétique des bâtiments ont aidé. Évidemment, ces investissements ont dû être consentis par les propriétaires, qui commencent à en cueillir les fruits.

Logiquement, la baisse des charges de copropriété varie en fonction de la qualité de l’isolation des logements. On ne sera donc pas surpris d’apprendre que plus les bâtiments sont récents, plus les économies sont importantes. Par exemple, les immeubles d’avant la Première Guerre mondiale ont vu le montant des frais de chauffage baisser de 6 %, tandis que pour les bâtiments construits après 1970, la diminution s’est élevée à 19 %… Une différence conséquente.

La facture d’eau a également baissé dans l’ensemble, et ce malgré une augmentation du prix du mètre cube de 3,8 % à Paris l’année dernière. Cette baisse de 5 % de la facture d’eau est donc à remettre à 100 % sur le compte d’une consommation plus rationnelle et de la rénovation du réseau.

Malgré ce constat flatteur, il y a quelques postes qui furent en augmentation, à savoir les factures d’assurance, de maintenance des ascenseurs, d’électricité et d’honoraires. D’après l’observatoire, la loi Allur ne serait pas totalement responsable de cette augmentation de 5 % des prix des honoraires. Selon la Fnaim, cette hausse est à remettre sur le compte de l’augmentation du taux de TVA de 0,4 %, par la mise en œuvre des clauses d’indexation automatique prévue dans les contrats des syndics et l’obligation d’avoir des comptes bancaires séparés, imposée par la loi Allur. Tout en précisant que l’on est bien loin des 10 à 20 % d’augmentation des honoraires des syndics des rumeurs qui circulent un peu partout.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 0.0/5 (0 votes)

Articles complémentaires :

Mots clés : ,



Ajouter un commentaire


Copyright © 2012 Patrimoine Gestion. Tous droits réservés.
Propulsé par WordPress.