S'informer pour mieux gérer son patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Immobilier

Budget : l’austérité au service des marchés immobiliers


Le Premier Ministre s’est récemment exprimé dans le cadre de sa politique de réduction des déficits budgétaires de la Nation. Il y a plusieurs fois parlé de défiscalisation et de placement immobilier.

François Fillon a ainsi informé de la fin du prêt à taux zéro (PTZ+). Il a également annoncé la fin de la niche de défiscalisation Scellier au terme de l’année 2012. Et ce après avoir précédemment supprimé la déduction des intérêts d’emprunts immobiliers. Il est donc naturel d’affirmer que l’Etat a choisi de mettre un coup d’arrêt aux aides du marché de la pierre par le biais du placement immobilier défiscalisant. La raison ? Rétablir les comptes de l’Etat pour ne pas risquer d’être sanctionné par les agences de notation (avec les terribles conséquences de la perte de notre triple A).

Concrètement, il est quasiment impossible d’estimer le coût des aides liées à la defiscalisation et au placement immobilier qui viennent d’être supprimées. Tentons l’exercice.

Dispositif Scellier : soit un coût moyen annuel de trente mille euros par appartement (2010), vingt-cinq mille en 2011. Au global, cette mesure a donc représenté un coût de près de quatre milliards d’euros en 2010 par le bais de réductions d’impôts.

PTZ+ : on peut estimer le coût global de cette mesure de défiscalisation à près d’un milliard et demi. Et donc une économie du même ordre en raison de sa suppression.

Concrètement, l’Etat vit à crédit depuis plus de 20 ans et n’a donc cessé de s’endetter pour aider différents secteurs de l’économie (dont l’immobilier) notamment par l’intermédiaire d’aides à l’accession à la propriété immobilière. Avec les effets pervers qui n’ont cessé de se manifester au cours des 10 dernières années, au premier rang desquels la hausse mirifique, continue et infinie des prix du m2. Des observateurs avertis ont alors beau jeu de pointer que le Trésor Public a participé à la création d’une bulle immobilière au seul profit d’acteurs économiques privés par le jeu lucratif du placement immobilier.

En permettant à une sphère privée privilégiée (plus de 3.500 euros d’impôts annuels en moyenne) de financer des acquisitions par le biais de la défiscalisation, l’Etat a donc simultanément et mécaniquement interdit à la « France d’en bas » d’accéder à la propriété (pouvoir d’achat en berne, accès au crédit difficile, prix de l’immobilier prohibitif). Seul un peu plus d’un tiers des ménages modestes sont aujourd’hui propriétaires contre près de cinquante pour cent dans la fin des années 80.

Ces dispositifs d’aides par la défiscalisation immobilière peuvent alors être comparés à de la double peine : dérégulation de la loi de l’offre et de la demande dans la pierre et contribution au creusement de la dette.

Les critiques allaient bon train depuis longtemps, certains experts préconisant une aide tournée vers les populations ayant du mal à trouver un logement plutôt que de favoriser l’investissement de hauts revenus en quête de solutions de défiscalisation.

A quoi faut-il maintenant s’attendre ?

On l’a vu : l’abandon du dispositif Scellier et du PTZ+ va priver le marché de la pierre de près de 5 milliards par an. Le résultat prévisible est une baisse (mais à quelle terme et dans quelle mesure ?) du prix de l’immobilier. Cela ira-t-il jusqu’à une dépression immobilière assimilable à un krach boursier ? Les moins optimistes ne parient pas sur cette hypothèse, même s’ils ne croient pas, non plus, à un retour de la croissance synonyme d’argent frais dévolu à l’achat d’un bien, notamment pour les primo-accédants durement touchés par la crise !

Autre résultat prévisible à moyen terme : un arrêt des perspectives d’investissements (placement immobilier) avec des licenciements dans le bâtiment comme inévitable corollaire.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 5.0/5 (1 vote)
Budget : l’austérité au service des marchés immobiliers, 5.0/5 sur un total de 1 vote(s)

Articles complémentaires :

Mots clés : , , , ,



Ajouter un commentaire


Copyright © 2012 Patrimoine Gestion. Tous droits réservés.
Propulsé par WordPress.