S'informer pour mieux gérer son patrimoine

Vous êtes ici : Accueil > Immobilier

La tempête de l’immobilier


Les marchés immobiliers français et canadiens vivent en ce printemps des fluctuations importantes et certains analystes craignent que nous subissions l’éclatement d’une bulle immobilière dans un avenir rapproché. Du côté français, les observateurs prédisent que des baisses importantes auront lieu cette année. Côté canadien, même son de cloche alors que d’importantes disparités entre les provinces font jouer les prix. Afin de dresser le portrait de la situation canadienne de l’immobilier, voici quelques chiffres qui ont de quoi surprendre!

Bulle ou ballon?

Ce ne sont pas tous les observateurs du marché immobilier qui s’entendent sur la situation du marché canadien. On observe davantage un ballon, qui aura tendance à se dégonfler plutôt qu’à éclater comme une bulle. À moins qu’un élément déclencheur survienne, telles une récession ou une baisse importante des investissements étrangers, le marché devrait revenir à des prix plus bas au cours de l’année.

Cette situation est sensiblement la même du côté français et plus spécifiquement à Paris. On estime que les prix sont surévalués de 25% pour les immeubles anciens et de 35% à Paris. Les
prix des logements devraient aussi reculer de l’ordre de 5%.

L’agence hypothécaire Multi-Prêts confirme un ralentissement des niveaux d’emprunt par les futurs propriétaires. Les montants d’emprunt demandés sont plus faibles que par les
années passées. Le taux hypothécaire devrait augmenter selon Multi-Prêts au Canada dans les prochains mois.

Facteurs de hausse

Plusieurs facteurs expliquent ces prix élevés dans l’immobilier. Dans le marché canadien, on attribue ces niveaux élevés entre autres aux divers programmes d’aide à la rénovation et d’aide pour l’achat d’une première maison. Il y a aussi les allègements fiscaux et les programmes d’aide de mise de fonds pour l’achat d’une propriété. Les faibles taux hypothécaires et la diminution du taux de mise de fond ont aussi contribué à la montée de la demande.

La vigueur économique du marché des condominiums, l’appellation canadienne équivalent sensiblement aux immeubles en copropriété, créer une pression à la hausse sur le marché
immobilier. Ce type de propriété séduit un grand nombre de retraités et de jeunes diplômés. La démographie canadienne et française favorise donc en quelque sorte la vente de ces
appartements privés.

Mouvements à venir

Cette année devrait donc être à la faveur des acheteurs alors que les diminutions de prix pourraient s’élever jusqu’à 20% selon les régions. Les acheteurs qui réussiront à profiter à la
fois des faibles taux d’emprunt et des diminutions de prix seront les grands gagnants. Quant aux vendeurs, une étude des prix de votre secteur vous aidera à choisir entre la vente immédiate ou l’attente d’une prochaine variation favorable des prix.

Les locataires auront aussi un avantage à tirer de cette situation. On estime que les loyers demandés diminueront dès l’été 2012 alors qu’il est de plus en plus intéressant de devenir
propriétaire.

VN:F [1.9.22_1171]
Note : 5.0/5 (1 vote)
La tempête de l’immobilier, 5.0/5 sur un total de 1 vote(s)

Articles complémentaires :

Mots clés : ,



Ajouter un commentaire


Copyright © 2012 Patrimoine Gestion. Tous droits réservés.
Propulsé par WordPress.