Chute des profits de VW

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Chute des profits de VW

Volkswagen a enregistré une baisse de ses profits de 19 % au 3e trimestre de l’année, le plus gros recul enregistré depuis 2009, alors que la demande s’essouffle et que le constructeur allemand a dû consentir à offrir de nombreuses remises pour combattre la morosité de la demande en Europe, conséquence de la crise qui frappe le Vieux continent.

L’EBIT est passé de 2,89 milliards à 2,34 milliards. Le résultat est conforme à la prévision des analystes, qui tablaient sur un EBIT de 2,39 milliards. Volkswagen a tout de même enregistré une progression de 27 % de ses ventes, qui ont totalisé un montant de 48,8 milliards d’euros.

Le Chief Officer de Volkswagen, Martin Winterkorn, se voulait plutôt optimiste : « même si les temps ne sont pas faciles, il ne tient qu’à nous d’être systématiquement capable d‘atteindre nos objectifs. Nous allons donc poursuivre nos buts ambitieux pour 2012, malgré la croissance qui est en berne. »

Volkswagen n’a pas été capable de déjouer totalement les effets de la crise. Avec un gros recule en Europe, le constructeur allemand doit principalement miser sur les USA et la Chine pour continuer sa bonne performance. Malgré ce recul de la profitabilité, les analystes ont salué la performance réalisée au niveau des ventes, considérée comme la meilleure du monde.

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Chute de la confiance en zone euro en mai

La chute de la confiance dans l’économie de la zone euro a baissé plus que prévu par les experts en mai. Un plus bas depuis 2 ans et demi a été atteint, suite aux résultats des élections grecques et aux péripéties du secteur bancaire espagnol.

Un index européen qui calcule la confiance des consommateurs dans les 17 pays qui utilisent l’Euro a atteint le chiffre de 90,6. Ce chiffre n’a jamais été aussi bas depuis octobre 2009.

La crise économique européenne est entrée dans une nouvelle phase après l’échec de la formation d’un gouvernement à la suite des élections législatives du 6 mai en Grèce. En Espagne, le taux de chômage qui ne cesse d’augmenter et la situation catastrophique des banques qui exigent recapitalisation après recapitalisation plombent le pays. En Allemagne, le moral des entrepreneurs a connu une énorme chute en mai, tandis que les indices économiques concernant les services et la fabrication de biens se sont contractés.

Désormais, le sentiment qui prévaut dans ce second trimestre 2012, c’est que l’on se dirige tout droit vers une récession. Avec un pouvoir d’achat en berne, une pression fiscale qui augmente de toutes parts et une situation de banqueroute quasi généralisée, les dirigeants européens auront bien du mal à trouver la parade.

 

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Chine : crédibilité des statistiques des exportations remise en cause

La semaine dernière, les chiffres publiés par la Chine concernant ses exportations avaient rassuré les marchés, alors que ceux-ci avaient laissé apparaître une accélération surprise de leur croissance, même si les biens transportés vers l’Europe et les États-Unis avaient décliné. Après l’euphorie, certains esprits sceptiques se sont mis à regarder les chiffres de plus près.

Après analyse, plusieurs économistes en ont conclu que les chiffres des exportations chinoises sont faux. Ce fut notamment le cas des analystes de Bank of America et de Mizuho Securities, qui ont même été jusqu’à déclarer que ces données étaient fantaisistes. Pour étayer leurs dires, ils ont notamment analysé les exportations chinoises vers Hong-Kong, qui ont connu une progression spectaculaire de 92,9 %. Or, les statistiques des importations de Hong-Kong ne correspondent pas du tout : les chiffres chinois sont donc surévalués, pour une raison ou une autre. Cet épisode remet de nouveau en cause la fiabilité des données économiques chinoises.

Cependant, les  analystes s’étaient aussi laissés leurrer par l’augmentation des importations de matières premières de la Chine. Signe, selon eux, de la reprise de l’activité chinoise. Cependant, la société Sprott Group a élucidé ce mystère. La Chine a importé à tour de bras de l’or durant les 12 derniers mois. Vu que l’or est considéré comme une matière première, les importations massives du métal jaune ont fait exploser les importations chinoises de 37 %, alors que l’or est utilisé à 99 % comme support d’investissement.

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Cavissima Grands Crus, ou comment gérer ses investissements dans le vin en ligne

Cavissima crée une structure, dénommée « Cavissima Grands Crus », qui s’adresse à des particuliers, des entreprises ou family office qui souhaitent réaliser, sous mandat de gestion, un placement purement financier dans le vin à partir de 30 000 €.

Vérifiée par l’Autorité des marchés financiers et conçue en partenariat avec des spécialistes de gestion de patrimoine et de la vente de produits financiers, Cavissima Grands Crus intègre la constitution, la gestion de cave et la revente des vins avec l’appui d’un expert et profite des avantages d’une zone franche. Les vins (primeurs ou livrables) sont en effet achetés en exonération de TVA, puis conservés aux Ports Francs de Genève (Suisse).

En pratique, des objectifs de gestion sont définis lors de la mise en place du contrat avec le client investisseur : durée du placement, rendement attendu, seuil plancher et seuil plafond déclencheurs de décision. Les conseillers en vin proposent aux clients une cave conforme à leurs objectifs, composée d’un cocktail de plusieurs millésimes, de produits offensifs ou défensifs, de vins issus de Bordeaux ou d’autres régions vinicoles. Les vins deviennent leur propriété lorsqu’ils sont livrés aux Ports Francs de Genève. Ils sont conservés dans une cave idéale pour la conservation (14° C et 75 % d’humidité relative). La cave dispose d’un agrément ISO 9001.

Le client bénéficie ensuite d’un suivi de son portefeuille vin en ligne pour surveiller sa cave. Dès que les cours atteignent les objectifs fixés dans le mandat de gestion, les vins sont revendus auprès d’un réseau d’acheteurs, composé de particuliers et de professionnels, français et internationaux. Quelle que soit la formule choisie, il revient à Cavissima d’organiser pour le compte de ses clients la revente des vins auprès de son réseau d’acheteurs pour s’assurer d’une liquidation rapide des vins aux meilleurs prix. La commission ou la marge prélevée à cette occasion est fixée à 15 % du montant de la plus-value du client (avec un minimum de facturation de 10 € par opération). En outre, Cavissima annonce des frais de gestion réduits et une commission de superperformance pour lier la rémunération de Cavissima au succès des caves de ses clients.

Recherches des internautes pour trouver cet article :

  • indicateur trimestriel du taux des crédits immobiliers anil
ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Carac annonce ses taux de rendement pour 2012

La mutuelle d’épargne Carac vient d’annoncer les taux de rendement de ses contrats pour 2012 :

  • Entraid’ÉpargneCarac : 3,75 %
  • Compte Épargne Carac : 3,70 %
  • Compte Épargne Famille : 3,70 %
  • Compte Profiléo : 3,70 %
  • Carac Avenir : 3,50 %
  • Rente Viagère Immédiate : 3,20 %
  • Volontés Obsèques Carac (épargne) : 3,50 %
  • Volontés Obsèques Carac (prévoyance) : 3 %
ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Calao Finance lance un nouveau fonds éligible à la réduction ISF 2013

Calao Finance lance, pour l’année 2013, un nouveau fonds éligible aux réductions ISF et IR en faveur de l’innovation : FCPI Expertise Innovation. Ce FCPI est axé sur 3 grandes thématiques : art de vivre / luxe, efficacité énergétique et technologies stratégiques. La durée du placement est de 6 années au minimum, elle peut aller jusqu’à 8 ans selon la décision de la société de gestion. Valeur initiale de la part : 100 €, minimum de souscription : 10 parts, soit 1 000 €. Frais non communiqués.

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Calao Finance ouvre à la souscription un nouveau FCPI

La société de gestion Calao Finance informe de l’ouverture des souscriptions du FCPI Expertise Calao IR 2014. La politique d’investissement de ce fonds concernera des PME françaises établies évoluant dans les secteurs suivants :

  • l’art de vivre : le luxe, le bien-être, le « digital Media », les loisirs et le sport, etc.
  • les activités stratégiques : la cybersécurité, l’efficacité énergétique (comme les matériaux hautes performances ou la filière bois), la traçabilité, etc.

Les prises de participation du fonds seront mixtes, actions et obligations convertibles.

Durée de l’engagement : 6 ans, pouvant aller jusqu’à 8 ans sur décision de la société de gestion. Valeur unitaire de la part : 100 €. Investissement minimum : 10 parts, soit 1 000 €. Frais de gestion annuels : 3,8 %.

Calao rappelle que ce type de placement ne bénéficie d’aucune garantie ou protection et comporte un risque de perte en capital, limité à l’investissement initial, et une durée de blocage minimum, sauf cas légaux de déblocages anticipés prévus. Le fonds est éligible à la réduction d’impôt sur le revenu et réduction d’impôt de solidarité sur la fortune.

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Bruce Stout : temps difficiles pour les investisseurs

D’Écosse, Bruce Stout a le sentiment que les investisseurs font face à de gros risques, à cause d’un optimisme exagéré en ce qui concerne les marchés actions, et d’un marché obligataire qui offre un rendement trop peu élevé. Les marchés pourraient lui donner raison bientôt.

L’index mondial MSCI, un indicateur de la santé des marchés actions des pays développés, a connu sa plus grosse baisse depuis le 15 avril, alors que l’index japonais Topix a chuté de 6,9 %. Stout, dont les fonds de gestion ont rapporté des rendements à 3 chiffres durant les 4 dernières années, se retire des marchés actions qui sont trop chers, tout en se retirant également du marché obligataire.

« Plus les marchés actions montent, plus les perspectives à courte vue peuvent déformer la réalité ; c’est alors que vous perdez beaucoup d’argent, » a déclaré Stout de son bureau d’Aberdeen. « C’est pourquoi nous sommes dans un monde de préservation des capitaux. En ce moment, nous cherchons simplement à ne pas perdre d’argent. »

Alors que l’économie des pays européens jouent au yoyo avec la récession, que les économies chinoise et indienne ralentissent, que les banques centrales japonaises et américaines font tourner la planche à billets pour tenter de ramener la croissance, Stout est plus pessimiste que certains de ses collègues.

Goldman Sachs estime, de son côté, que la tendance haussière sur les marchés américains pourrait se poursuivre pendant 2 ans et demi.

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

Bourse de Paris en chute libre

 

Le CAC 40 a terminé hier sous la barre des 3000 points -4.73%

Le week end n’aura été qu’une simple pause. La Bourse de Paris, qui avait clôturé vendredi dernier en chute de 3,59%, a repris hier sa dégringolade. Le CAC 40 a terminé son lundi noir sous la barre des 3000 point, en baisse de 4.73%. Le marché parisien s’est placé dans le sillage de valeurs bancaires en doute, BNP Paribas, Crédit Agricole et SG en tête. Cette dernière se trouve de surcroit dans le viseur de l’agence fédérale américaine des prêts hypothécaires, soupçonnée de fraudes sur subprimes.

Au premier rang des responsables du décrochage, la conjoncture américaine. Vendredi, l’annonce des chiffres de l’emploi avait secoué les marchés. Une inquiétude encore présente hier, Wall Street ayant gardé ses portes closes pour cause de Labor Day, un jour férié. S’y ajoutent en Europe les incertitudes concernant les dettes souveraines.

 

ParAdmin Posted Jan 24, 2014

BNP Paribas a supprimé 15 postes d’analystes en Asie

BNP Paribas, la plus grande banque française, aurait supprimé environ 15 postes qui concernent la recherche. Cela concerne notamment Jim Hung, le responsable de la recherche à Taiwan, d’après 2 personnes proches du dossier.

Parmi les autres victimes de cet élagage, on retrouve des analystes de Singapour et d’Indonésie. Ces anciens employés ont demandé que leur anonymat soit conservé, car ils ont reçu l’interdiction de s’exprimer sur le sujet.

En novembre dernier, BNP Paribas a déclaré vouloir se débarrasser de 1 400 personnes dans sa division investissement et société, soit une diminution de 6,5 % de ses effectifs. La plupart des postes à disparaître concernent les marchés et la finance. Pour l’instant, 70 % des licenciements ont été effectués.

« Ces licenciements n’entrent pas dans le plan de réduction de 1 400 postes annoncé précédemment », a expliqué Christian Beydon, porte-parole de BNP Paribas à Hong Kong. « Il s’agit simplement d’adaptations faites pour mieux coller aux besoins de nos clients en Asie. »

Il a également ajouté que la bande à se concentrer sur une meilleure coordination entre les différentes équipes en Asie.