Fuite des capitaux des banques européennes

ParAdmin

Fuite des capitaux des banques européennes

L’accélération de la fuite des capitaux des banques européennes met en danger la reprise économique, toute en faisant vaciller un dogme de la monnaie commune : un système financier intégré.

Durant les 12 derniers mois, un total de 326 milliards d’euros se sont envolés des banques espagnoles, portugaises, irlandaises et grecques, d’après les données compilées par Bloomberg.

Alors que les banques de ces pays ont été saignées à blanc par leurs épargnants, ces fuites de capitaux s’est matérialisé par une augmentation d’environ 300 milliards d’euros dans les 7 pays considérés comme les leaders de la zone euro, dont l’Allemagne et la France. Si ces chiffres semblent suggérer que l’argent est resté dans la zone euro, ces mouvements ont mené à la fragmentation du crédit et à de dangereux déséquilibres, qui pourraient mener à l’explosion de la zone euro.

« La fuite des capitaux mène irrémédiablement à la désintégration de l’Europe, qui voit de grandes disparités naître entre son coeur et sa périphérie », explique Alberto Gallo, responsable de la recherche crédit pour la Royal Bank of Scotland à Londres. « Les sociétés basées dans la périphérie de l’Europe payent 1 à 2 % de plus pour emprunter. Il est impossible de se diriger vers une croissance généralisée avec de telles divergences. »

La fuite des capitaux dans ces pays oblige les banques à y offrir de meilleurs taux d’intérêt, ce qui est répercuté sur les prêts consentis aux sociétés et aux particuliers.

À propos de l’auteur

Admin administrator

Laisser un commentaire