Accueil

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Grosse embellie pour les bénéfices de Philips

Philips vient de rapporter que ses bénéfices au second trimestre 2013 ont explosé de 30 % pour atteindre 1,1 milliard d’euros, les plans d’économie ayant permis de contrer le ralentissement économique en Europe.

L’EBITA s’est élevé à 530 millions d’euros, alors qu’à la même période de l’année en 2012, il n’était que de 408 millions. Les bénéfices correspondent aux attentes des analystes.

Depuis que le CEO de la multinationale hollandaise, Frans Van Houten, a décidé de se focaliser sur les produits à grosses marges dans le secteur de l’éclairage et de la santé, le bénéfice de Philips s’est amélioré durant 5 trimestres consécutifs. Durant les dernières années, Philips a perdu des parts de marché face à la concurrence comme Sony ou Apple dans le secteur de la téléphonie et des lecteurs MP3.

Dans le communiqué qui a accompagné ces résultats comptables, Van Houten a déclaré : « notre nouvelle stratégie Accelerate continue de porter ses fruits en améliorant notre performance. Au niveau des volumes de nos ventes, nous sommes au même niveau que l’année dernière, à cause de la baisse de la demande aux États-Unis et en Europe. »

Le chiffre d’affaires de Philips est passé de 5,57 milliards à 5,65 milliards, alors que les analystes s’attendaient à 5,61 milliards.

Par Admin Publié janvier 17, 2014

GM pourrait racheter le groupe PSA

Des rumeurs prétendent que la famille Peugeot serait prête à faire un pas de côté pour laisser GM prendre les rênes de la société, la marque au lion faisant face à de gros problèmes de liquidités. Cette sortie pourrait se faire avant la fin de l’année, alors que la société a consumé 3 milliards d’euros l’année dernière.

General Motors, qui gère Opel, Chevrolet et Vauxhall en Europe, possède déjà 7 %, depuis mars 2012, de PSA. GM et PSA souffrent déjà de surcapacité, malgré la diminution de la production. Pour que cette acquisition se fasse, GM devrait avoir les mains libres pour fermer des usines en Europe et consolider la production, quelque chose que tient absolument à éviter François Hollande.

La famille Peugeot aurait d’abord sollicité le soutien financier de son partenaire chinois Dongfeng, mais après avoir essuyé un refus, se serait tournée vers GM en dernier recours. GM profiterait en ce moment de la faiblesse de PSA pour recevoir des garanties quant aux fermetures d’usines et licenciements, que le géant américain souhaite faire à bon compte. Pour l’instant, les sociétés se sont abstenues de tout commentaire à propos de ce dossier.

Peugeot emploie actuellement en France 77.000 personnes, alors que les ventes sont en forte diminution, de 13,9 %, sur les 5 premiers mois de 2013 par rapport à 2012.

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Gaspar : « les taux portugais ne reflètent pas les progrès accomplis »

Ces derniers jours, nous vous avons parlé d’un pays qui est engagé tout droit sur la voie de la Grèce, à savoir le Portugal. Si les termes utilisés ne sont pas aussi directs, c’est un peu ce que concède le ministre des finances portugais, Vitor Gaspar, lorsqu’il a déclaré que les taux des obligations portugaises ne reflètent pas les progrès accomplis au niveau de la stabilisation financière du pays.
Le 30 janvier dernier, le taux des obligations portugaises à 10 ans a atteint un nouveau record, pour atteindre plus de 15 %, alors que le gouvernement ne cesse de réduire les dépenses et d’augmenter les taxes pour entrer dans les conditions de l’aide européenne. Avec l’augmentation de ses taux, le coût de la dette portugaise ne fait qu’augmenter, ce qui l’oblige à faire davantage d’efforts… Exactement ce qui s’est passé au début des ennuis de la Grèce.
Le Portugal vend également ses bijoux de famille pour essayer de s’en sortir, comme la compagnie aérienne nationale, TAP. Malgré tous ses efforts, l’objectif du gouvernement est d’atteindre un déficit de 4,5 % en 2012, après avoir enregistré un déficit de 9,8 % en 2010.
Autre élément qui prouve que le Portugal est dans de sales draps : l’objectif du gouvernement de stabiliser la dette à 112 % du produit national brut en 2013. Quand on sait que l’austérité va au mieux impacter la croissance, au pire entraîner une récession, il est difficile d’être optimiste…

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Fusions et acquisitions : les travailleurs auront leur mot à dire

Le rachat de sociétés françaises, qui sont déjà parmi les moins convoitées d’Europe, va devenir encore moins attractif. Dans le but de limiter les acquisitions hostiles et les fermetures, l’Assemblée Nationale a proposé hier des règles qui donneront aux employés leur mot à dire quant aux futures fusions et acquisitions.

La loi, qui forcent également les sociétés de plus de 1000 employés en France à prouver qu’elles ont bien cherché un repreneur valable avant de fermer une usine de plus de 50 ouvriers, devrait entrer en vigueur après discussion et vote au Sénat, ainsi qu’au parlement.

Thibault de Smedt, partenaire chez Bryan, Garnier et CO, a déclaré : « cette loi véhicule une image de protectionnisme en France. Ce n’est pas ainsi que nous allons régler nos problèmes. Dans le monde des fusions et acquisitions, l’image de la France est déplorable à l’étranger. Cette loi ne fera que compliquer les choses. »

Les entreprises étrangères ont dépensé 14,8 milliards de dollars sur des cibles françaises cette année, ce qui pourrait bien faire de 2013 l’année la plus faible en termes de fusions et acquisitions depuis une décennie. La nouvelle loi devrait décourager encore plus les candidats acquéreurs étrangers.

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Fuite des capitaux des banques européennes

L’accélération de la fuite des capitaux des banques européennes met en danger la reprise économique, toute en faisant vaciller un dogme de la monnaie commune : un système financier intégré.

Durant les 12 derniers mois, un total de 326 milliards d’euros se sont envolés des banques espagnoles, portugaises, irlandaises et grecques, d’après les données compilées par Bloomberg.

Alors que les banques de ces pays ont été saignées à blanc par leurs épargnants, ces fuites de capitaux s’est matérialisé par une augmentation d’environ 300 milliards d’euros dans les 7 pays considérés comme les leaders de la zone euro, dont l’Allemagne et la France. Si ces chiffres semblent suggérer que l’argent est resté dans la zone euro, ces mouvements ont mené à la fragmentation du crédit et à de dangereux déséquilibres, qui pourraient mener à l’explosion de la zone euro.

« La fuite des capitaux mène irrémédiablement à la désintégration de l’Europe, qui voit de grandes disparités naître entre son coeur et sa périphérie », explique Alberto Gallo, responsable de la recherche crédit pour la Royal Bank of Scotland à Londres. « Les sociétés basées dans la périphérie de l’Europe payent 1 à 2 % de plus pour emprunter. Il est impossible de se diriger vers une croissance généralisée avec de telles divergences. »

La fuite des capitaux dans ces pays oblige les banques à y offrir de meilleurs taux d’intérêt, ce qui est répercuté sur les prêts consentis aux sociétés et aux particuliers.

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Fronde des entrepreneurs contre la rage taxatoire du gouvernement Hollande

C’était l’une des grandes promesses de campagne de François Hollande : taxer à 75 % les plus riches. Mais ce n’est pas tout : le gouvernement socialiste veut également doubler la taxe sur les plus-values financières en cas de revente d’une affaire.

Toutes ces mesures risquent de voir un exode massif des sociétés d’investissement et de gestion de patrimoine vert des cieux plus cléments, comme le Royaume-Uni, à un jet de pierre de Paris. Même si toutes les sociétés ne pensent pas quitter purement et simplement la France, on pourrait voir un transfert des employés entre la capitale française et anglaise.

Chez les petits entrepreneurs, c’est aussi la grogne. Le collectif des « Pigeons », qui avait mobilisé en masse sur les réseaux sociaux, a d’ailleurs réussi à faire plier en partie le gouvernement. Ils refusaient de devoir payer 60 % d’impôt sur l’éventuelle revente de leur affaire. Les entrepreneurs ont déjà obtenu des concessions, alors que le collectif menaçait de lancer des manifestations.

Alors que pour créer de la croissance, il faut justement favoriser la création d’entreprise, ces mesures semblent arriver au plus mauvais moment.

Par Admin Publié janvier 17, 2014

François Hollande présente son budget 2014 aujourd’hui

Le président Hollande va tenter de convaincre aujourd’hui la Commission européenne que la France souhaite vraiment réduire ses dépenses publiques en 2014 lorsqu’il va présenter son budget aujourd’hui, après que la réforme des pensions et où sauva impressionner les observateurs.

Olli Rehn, commissaire européen des affaires économiques, a déclaré le 13 septembre 2013 : « avec la France, il s’agit toujours de choisir s’il faut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Le pays va dans la bonne direction en termes de réformes économiques, mais devra faire davantage d’efforts. »

Cette remarque s’adresse tout particulièrement à la réforme du système des retraites, annoncé le 28 août dernier. Lorsque Bruxelles a donné 2 années supplémentaires à François Hollande pour réduire les déficits en mai dernier, elle a exhorté le président socialiste à réformer son économie afin de favoriser la croissance. Alors que la réforme des pensions a déçu l’Europe, le budget 2014 pourrait faire l’objet d’une analyse plus critique.

« La réforme des retraites fut décevante quand on voit ce qu’il était possible de faire. En fait, le terme réforme est même limite, » a déclaré Philippe Gudin, chef économiste pour l’Europe de Barclay Capital, ainsi qu’un ancien du ministère des Finances en France. « La réaction de Bruxelles au budget sera annonciatrice de la suite des événements. »

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Fortuneo rachète les activités d’assurance vie de Fidelity France

Alors que Fidelity France est en train de revoir sa stratégie et souhaite désormais mettre l’accent sur la gestion de patrimoine, la société de gestion a décidé de céder son portefeuille d’assurance vie à la banque en ligne Fortuneo, succursale du Crédit Mutuel Arkea. Pour Fidelity France, il s’agit du candidat acquéreur idéal, étant donné que les 2 sociétés sont assurées par la même société, Suravenir, elle aussi dans le giron du Crédit Mutuel Arkea.

Fidelity France a démarré ses activités il y a 20 ans, principalement dans la gestion de patrimoine, en offrant ses services aux conseillers indépendants. L’offre assurance vie a été lancée en 2006, principalement à destination de ces derniers. Cependant, les conseillers ont perçu cette offre comme concurrente à leurs activités, raison pour laquelle Fidelity a changé son fusil d’épaule.

Fidelity France a également créé le fonds Fidelity Patrimoine en 2011, un premier pas vers ce revirement de stratégie. En ce qui concerne ses objectifs, Fidelity espère lever 400 millions d’EUR cette année, ainsi que gérer 7 milliards d’ici 3 ans, soit une progression d’environ 40 % par rapport à l’encours actuel.

  • Plus d’infos sur : www.fortuneo.fr
Par Admin Publié janvier 17, 2014

Forex : l’AMF et l’ACP mettent à jour leur liste noire

Pour la 4e fois en un an, l’Autorité des marchés financiers et l’Autorité de contrôle prudentiel mettent en garde le public contre les activités de plusieurs sites Internet et entités proposant d’investir sur le forex et viennent à ce titre de mettre à jour leur liste noire de sites opérant en France sans autorisation (www.amf-france.org). Celle-ci comprend désormais 13 sites. L’AMF et l’ACP rappellent qu’avant de s’engager l’épargnant doit vérifier que l’intermédiaire qui propose et conseille des investissement figure bien sur la liste des établissements financiers autorisés à exercer en France (www.regafi.fr).

Par Admin Publié janvier 17, 2014

Forte croissance des OPCI en 2012

À 28 milliards d’euros d’actifs bruts à fin 2012, le marché des OPCI a enregistré une hausse de 22 % par rapport à 2011, année déjà record avec un résultat qui avait doublé par rapport à 2010, selon l’enquête annuelle Philinx-IEIF. Les OPCI RFA (règles de fonctionnement allégées) ont concentré l’essentiel du développement de la détention indirecte en immobilier de la part des investisseurs institutionnels. L’année 2012 a aussi vu le décollage des OPCI Grand Public, dont la capitalisation est passé de 248 millions d’euros en début d’année à 854 millions en fin d’année. Leur taille reste toutefois modeste comparée aux SCPI dont la capitalisation atteint 27 milliards d’euros à fin 2012 et qui ont collecté 2 505 millions d’euros nets durant l’année.